Test : Crimson Dragon (Xbox One)


Crimson Dragon
Crimson Dragon
Shoot'em up

Revenons quelques années en arrière ... Une nouvelle fait l'effet d'une bombe, Yukio Futatsugi créateur de la saga Panzer Dragoon, annonce un nouveau projet intitulé " Project Draco ". Avec un simple screenshot montrant un personnage sur le dos d'un dragon, il n'en fallait pas plus pour comprendre qu'une suite spirituelle à Panzer Dragoon allait enfin voir le jour sur Xbox 360, après un Panzer Dragoon Orta des plus réussis sur sa grande sœur la Xbox...

Malheureusement l'euphorie fût de courte durée. Financé visiblement par Microsoft, le jeu a été commandé notamment dans le but de promouvoir l'accessoire Kinect. Les premières crispations furent de rigueur en pensant qu'on allait devoir contrôler entièrement notre dragon avec Kinect, et tout à chacun se doutait que le résultat allait être forcément désastreux.
Bien que des rares titres comme Child Of Eden se prêtaient plutôt bien à l'accessoire Xbox 360, on ne pouvait que difficilement imaginer la profondeur du gameplay de Panzer en gesticulant devant la caméra ... Le résultat confirmera très vite nos pires craintes, Crimson Dragon nouvellement nommé a effrayé les premiers testeurs qui avaient eu l'opportunité de mettre la main dessus.

Conscient de la déception des joueurs et du probable échec commercial du titre, les développeurs ont donc revu totalement leur copie pour offrir un jeu jouable à la manette, sans toutefois fermer la porte à un gameplay Kinect.

Après des mois, voir des années d'attente, le jeu sortira finalement sur Xbox One (ndlt : et annulé sur Xbox 360 via le XLA) afin de grossir un peu les rangs des jeux du line up de la machine, et ainsi pouvoir argumenter de jeux disponibles pour toutes les gammes de joueurs ...

Alors que vaut finalement Crimson Dragon après toutes ces péripéties et changement de programmation ???? Verdict en demi teinte...

Crim sonne un peu faux...

Tout débutait pourtant bien ... Un écran d'introduction montre un très bel artwork avec des dragons et une musique qui fait furieusement penser aux compositions de la Team Andromeda. Le menu d'options propose un mode solo, multi en coop, divers paramétrages du jeu comme la reconnaissance vocale pour Kinect, et un mode communautaire pour y découvrir toutes les petites astuces du jeu, bonus des développeurs, etc... On y apprend même que tous les jours le jeu vous offre des bonus gratuits pour votre aventure tels que des ampoules, ou autres aliments pour votre dragon. Bref, cela semble plutôt complet.

Une fois le bouton start appuyé on nous propose un mode de difficulté, Relax pour les néophytes et Normal (le mode de jeu testé ce jour).

S'en suit alors une voix off qui nous raconte que nous sommes un dragonnier sur la planète Draco, une nouvelle colonie terrienne. Cette petite planète souffre d'un mal récurrent, une sorte de virus appelé Ecaille Rouge qui rend fous les animaux et autres monstruosités de ce monde, et tue la population locale. Vous faites partie de l'équipe de soldats en charge de la protection mais aussi de l'exploration du monde, tâche que vous devez accomplir à dos de dragon...


Quelques artworks défilent, et là le premier réflexe a été de me dire, " mais où est passé le langage Panzérien ???? ". Bon, vous allez me dire que ce n'est pas non plus une " vraie " suite à Panzer Dragoon donc il fallait bien casser quelques codes de la série, mais tout de même, on y perd beaucoup en charme ...

Ensuite le scénario semble un peu bancal, brouillon. Le jeu nous balance directement dans un premier niveau servant de tutoriel sans qu'on saisisse vraiment ce que l'on attend de nous.

Malheureusement les choses ne vont pas s'améliorer avec le temps vu que le scénario ne sera fait que d'artworks et de voix off, ou de dialogues avec une sorte d'hologramme dans votre menu de mission. Si en soi ce n'est pas la fin du monde vu que ces artworks sont plutôt jolis, on perd tout de même en immersion dans le jeu, surtout que les missions ne s'enchaînent pas mais sont jouables dans l'ordre que l'on désire (mais j'y reviendrai).

L'autre point négatif c'est qu'à aucun moment on ne se sentira embarqué dans l'histoire, la faute à beaucoup de zones d'ombres, un charisme des personnages au ras des pâquerettes, et un scénario qui ne deviendra presque clair qu'à la fin du jeu. Même à cet instant précis on se dira que les scénaristes ont soit manqué de temps (ce qui serait étonnant), soit manqué de moyens ou de talent pour plonger le joueur réellement dans l'aventure.

Twix, deux doigts coupent faim...

Au lancement du jeu vous allez donc vous retrouver tout de suite aux commandes de votre dragon dans un niveau de tutoriel. Le premier constat est que vous allez crier devant votre écran de frustration en vous demandant pourquoi les développeurs ont modifié une maniabilité qui fonctionnaient si bien...

Alors que dans Panzer Dragoon vous vous serviez d'un seul stick pour bouger votre monture et votre cible, en vous servant des boutons L et R pour tourner la caméra tout autour de votre dragon, ici tout a été remodelé.

Vous allez devoir vous servir du stick Gauche pour bouger votre dragon, et le stick Droit pour bouger la cible. Cette dernière étant plus rapide que les déplacements du dragon, il va falloir savoir dissocier les deux déplacements, tout en prenant en compte la vitesse de chacun ... de plus il faut savoir que votre cible de visée influe forcément sur l'angle de vision, le jeu permettant une large amplitude de haut en bas et gauche à droite. Croyez moi au début c'est un sacré bordel.

Après deux ou trois missions on commence à se faire au principe, mais faites une pause durant plusieurs jours, et vous êtes bons pour vous refaire quelques missions faciles, histoire de reprendre en main cette maniabilité si particulière...

Le problème ne s'arrête malheureusement pas là. Ici il est impossible de tourner la caméra autour du dragon, celle ci se positionnant automatiquement en fonction de l'arrivée des ennemis. Vous avez certes une large amplitude de mouvements, pouvant presque regarder à 90° sur les côtés et en vertical, mais on est frustré par ce " manque de liberté ". Le bouton L sert ici à changer d'arme, et le R à tirer, les L2/R2 servant à faire des " roulés boulés ". Le X sert à faire un pouvoir combo quand vous avez un coéquipier.


Quelques phases contre des boss se feront en vol " libre ", mais bizarrement elles sont encore moins jouables que les phases en rail-shooter, la faute justement à ce contrôle par les deux boutons analogiques et la dissociation de la visée et du déplacement, en ajoutant à cela la prise en compte de l'altitude et de la vitesse grâce aux boutons A et B... Heureusement ces phases sont très rares.

Vous l'aurez compris, la maniabilité si particulière et pour laquelle il faut un petit temps d'adaptation n'a certainement pas contribué à l'indulgence des joueurs pour ce jeu...

Votre monture possède deux armes sélectionnables. La première n'est pas paramétrable et constitue un tir locké. Vous ciblez un nombre maxi d'ennemis suivant votre compétence et faites feu. Le second tir consiste en un tir " canon ", moins précis mais forcément plus puissant. A vous d'adapter votre approche des ennemis.

Crimson RPG

Malgré tout, Crimson Dragon propose de belles choses et des nouveautés très intéressantes dans le monde de " Panzer ".

Commençons par la gestion du dragon. Cette dernière se fait à la manière d'un RPG. Vous gagnez des levels en finissant un niveau ou en accomplissant des missions annexes qui vous sont proposés à chaque début de stage. Ce level up s'applique donc au dragon que vous montez, mais aussi à votre personnage. Il faudra donc refaire certains niveaux pour atteindre tous les objectifs afin de booster votre monture vu que la difficulté va monter très vite.

Ces défis sont assez diversifiés, passant de la nécessité de tuer un certain pourcentage d'ennemis, de récupérer des objets rares en tuant un ennemi particulier, à finir le niveau sans se faire toucher (bravo à celui qui termine ce défi) ou sans coéquipier, etc...

Grâce à un menu " promontoire du dragon ", vous aurez accès à tout votre bestiaire, car oui vous pourrez acheter ou gagner de nouvelles montures. Dès lors vous aurez la faculté de le nourrir avec des objets que vous aurez gagnés au cours de vos missions ou bien achetés dans un magasin. Ces objets lui permettront de gagner du level supplémentaire, ou bien de lui apprendre un tir plus puissant, s'agissant exclusivement de modifier le tir " secondaire ".

Vous pourrez également changer les attributs de votre monture, car il faut savoir que chaque dragon ou ennemi réponds aux éléments Feu, Lumière, Vent ou Chaos. Si vous avez un dragon de feu au top, rien ne vous empêche de le transformer en élément Vent, etc... Rien ne vous empêche non plus de combiner une arme principale de feu et d'y mettre une arme secondaire " chaos ".

De même si votre monture atteint le level 10, vous pourrez le faire " muter " en une forme plus évoluée, et donc plus puissante, si vous avez bien sûr récupéré les objets nécessaires à cette transformation. Vous pourrez transformer votre monture jusque 3 fois.

Dans ce menu, vous pourrez ensuite engager des coéquipiers. De l'argent étant recueilli au cours des missions, vous pourrez donc l'utiliser pour louer les services d'un second dragon allant de 3 à 5 missions maximum. Après il faut repasser à la caisse... Ces seconds dragons combattent de façon indépendante mais vous aurez la possibilité de leur demander de se poster devant vous (afin d'attaquer les ennemis arrivant par l'avant), soit à l'arrière pour vous couvrir au maximum, tout cela en appuyant sur la croix directionnelle (ou avec la fameuse commande vocale kinect). Cela vous donne aussi accès à un combo dévastateur utilisant la force des deux dragons. Ce coéquipier ne peut pas mourir par contre, chose un peu " étrange ".

Enfin vous aurez accès à toutes les informations sur les différents ennemis ou dragons du jeu, donc tout ce qu'il vous faudra pour en savoir plus sur l'univers qui vous entoure.

Le menu principal donne également accès à un magasin, dans lequel vous pourrez acheter des packs contenant différents objets que vous pourrez trouver lors d'une mission, ou aussi des Gemmes de Renouveau (cela correspond à des vies), mais vous pourrez aussi y acheter des dragons. Ces achats se font de plusieurs manières possibles. Soit avec l'argent récolté, soit avec les gemmes découvertes (ce sont des diamants qui vous sont donnés en récompense de bons scores ou missions annexes réussies). A noter qu'un système de micropaiement existe et permet aux plus impatients d'acheter des packs de Gemmes pour quelques euros. Heureusement cela n'a rien d'obligatoire, je dirais même que c'est totalement inutile.


Pour en finir avec ce menu principal, il faut savoir qu'il est au centre du jeu. Le scénario se déroule via ce menu avec l'apparition ponctuelle de personnages qui viennent vous parler, mais il sert surtout à choisir votre prochain niveau.
Les différends mondes traversés y sont affichés avec les missions déjà accomplies que vous pouvez refaire à volonté, mais aussi avec les missions suivantes réalisables. A vous de les faire dans l'ordre qui vous conviendra. Bien entendu tout n'est pas débloqué dès le début, quelques fois vous aurez le choix entre 3 ou 4 niveaux, parfois vous devrez faire le suivant sans choix possible, et certaines missions ne se débloquent même que si vous avez récupéré les bons objets lors de missions précédentes.

Quoiqu'il en soit, ce listing de missions réalisables est très austère et enlève à mon goût toute immersion dans l'aventure. Cela supprime toute " progression " cohérente et complique la mise en place du scénario. En tout cas, moi je n'adhère pas à ce principe.

Un dragon qui souffle le chaud et le froid

Revenons un instant sur le déroulement d'un niveau avant de parler de la plastique du jeu.
Chaque niveau se découpe de la même manière, ou presque... Il s'agit d'un pur rail shooter dans lequel vous n'aurez jamais le choix de votre itinéraire, un aspect non négligeable quand on se rappelle que même sur Saturn Panzer Dragoon Zwei offrait son lot de chemins et bifurcations. Heureusement les obstacles sont légions et il n'est pas rare de devoir éviter les rochers qui s'écroulent dans une grotte, les torrents de lave, se faufiler dans le trou d'une paroi rocheuse, etc...

Vous devrez systématiquement atteindre la fin du niveau et y affronter un boss, parfois composé uniquement d'un tas de bestioles plus coriaces, ou de certains ennemis très très gros. Certaines fois il faudra les battre dans un temps imparti sous peine de ne pas gagner l'objet salvateur, ou tout simplement d'avoir un " mission failed ". Dès que vous perdez une vie, le jeu vous propose de reprendre au début du stage ou utiliser une gemme spéciale pour ressusciter instantanément.

Au cours des stages il arrivera souvent que des créatures rares apparaissent, la difficulté étant de les tuer avant qu'ils ne s'échappent pour récolter une Gemme rare servant principalement à transformer votre dragon dans le menu associé.

Régulièrement vous allez devoir également attraper des balises. Le dragon se met alors en formation rapide et le défilement va grandement s'accélérer. La difficulté sera d'éviter les obstacles et réussir à attraper toutes ces options pour gagner moult bonus. Croyez moi, c'est loin d'être évident.

Vous allez traverser des grottes souterraines, un lac immense avec ses chutes d'eau, une jungle immense et ses falaises, ou une ancienne ville en ruine.

On regrettera au final le peu de diversité dans les niveaux traversés et le manque total de créativité dans le level design.

Techniquement le jeu n'est clairement donc pas à la hauteur d'une production Xbox One, mais aurait souffert des mêmes critiques sur Xbox 360...

Loin d'être mauvais, on s'étonne de la différence de traitement entre les niveaux traversés. Rien que le premier niveau servant de tutoriel nous inspire la crainte. On se dit que les textures des murs et de la grotte ne sont pas magnifiques, la lave sympa mais pas extraordinaire. Ensuite on enchaîne sur le niveau du Lac et là on se dit " wouah, voilà, ça c'est magnifique" et on se reverrait même dans Panzer Dragoon premier du nom. On fait quelques missions de jour et à l'aube dans ce niveau du lac avec plaisir. On explore ensuite des grottes immenses avec un joli effet de lumière mais dont les parois semblent ternes et peu reluisantes...

S'en suit après une jungle luxuriante qui va souffrir paradoxalement de sa trop grosse densité. On a du mal à discerner les ennemis, leurs tirs, et tous les obstacles au milieu de ces arbres immenses et ces feuilles gigantesques. Au final ce stage sera certainement le plus brouillon de tout le jeu.

De même, si en phase de rail-shooter on se dit que les différents ennemis sont plutôt bien modélisés, que les environnements traversés sont plutôt jolis, autant en phase de vol libre vous allez constater que les textures des ennemis sont souvent grossières. On assiste même à des disparitions de sprites lors que l'on se rapproche trop de ces boss énormes, des bugs dignes d'une ou deux générations de consoles précédentes.


On reste donc toujours entre deux eaux avec Crimson Dragon. On pourra tout à la fois s'extasier devant une magnifique cascade, que rester pantois devant des textures fadasses... Sans compter que le character design des personnages visibles dans l'aventure, dont notre héros, est tout bonnement insipide. Heureusement nos dragons ont tout de même de la gueule, même si je leur préfère leurs ancêtres Saturn ou Xbox.

Reste la bande sonore plutôt réussie avec des thèmes que Panzer Dragoon n'aurait pas reniés, sans en atteindre toutefois le génie, mais il faut saluer tout de même le bon boulot accompli. Je regrette surtout que ces musiques restent trop discrètes lors des niveaux, le jeu faisant la part belle aux bruitages.

Crimson Dragon n'est pas un mauvais jeu. En toute honnêteté j'y ai retrouvé quelques sensations de Panzer Dragoon notamment grâce aux mondes autour du lac ou des ruines abandonnées, grâce aussi à une bande son réussie et des artworks plutôt jolis.

Le titre souffre principalement pour moi d'une maniabilité déconcertante, et d'un scénario anecdotique mais surtout d'un manque cruel de magie. A aucun moment on se sent plongé dans l'aventure et on enchaîne les niveaux sans fil conducteur intéressant.
La gestion à la mode RPG est une bonne idée, ainsi que l'ajout d'un coéquipier. Si la durée de vie relativement courte du jeu peut se contrebalancer par des missions annexes ou défis divers, ainsi que par un mode coop en ligne (que je n'ai pas testé), on aurait aimé plus de niveaux et de diversité surtout vu le temps qu'il a fallu au jeu pour voir le jour.

Le jeu ne plaira certainement qu'aux fans de Panzer en mal de dragon et prêts à occulter les défauts de ce titre pourtant plein d'ambition ...

Verdict

6

Points forts

  • Gestion des dragons et système de levelling
  • Un mode coop en ligne
  • Le niveau du lac très beau et la bande-son sympa
  • Quelques sensations retrouvées
  • Quelques beaux artworks

Points faibles

  • Graphiquement très moyen
  • Des bugs graphiques lors des phases « libres »
  • Une maniabilité perfectible
  • Les menus et level design
  • Le scénario
  • Un peu "fouillis" par moments<br'
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Xbox One 6.5 2

Archives commentaires

Il y a une faute, le jeu est vendu 20 euros et non 30 comme indiqué dans le test :content2:
Avec lequel je suis entièrement d'accord!
oups, désolé, je viens de vérifier, effectivement c'est 19.90 euros, j'étais pourtant persuadé d'avoir payé 29.90...