Reportage : Notre visite chez SEGA Logistics Service

En septembre 2018, nous avons eu l'immense chance de pouvoir mettre les pieds dans l'un des départements de SEGA au Japon. Vous ne connaissez peut-être pas SLS (SEGA Logistics Service), et bien vous allez enfin avoir l'occasion d'en apprendre un peu plus sur eux !
Si vous vous demandez pourquoi il m'a fallu autant de temps pour que je fasse le compte rendu, et bien j'ai tout simplement voulu faire trop de choses en fin dannée 2018 avec différentes traductions etc. etc.à¢â‚¬Â¦ et la pile de dossier à finir s'est empilée expliquant mon retard (cela sous-entend que j'ai aussi encore beaucoup de chose à venir).
Ma visite avait pour but de tester les simulateurs de conduite que j'avais évoqués lors du SEGA Fes 2018.

Afin de répondre à mes questions et me présenter les simulateurs, j'avais à mes côtés messieurs Masahiro Iwaki et Nobutaka Mori.
Monsieur Iwaki (à droite) est General Manager au sale planning dept.,. tandis que monsieur Mori (à gauche) est Planning Manager au product planning dept.
Bonne lecture !

Merci beaucoup de maccueillir et de me donner l'occasion de tester vos simulateurs. Je pense que les nombreux fans de SEGA à létranger ne connaissent pas cette facette du constructeur, un grand merci que de me donner la possibilité de le leur présenter.
J'ai découvert l'existence des simulateurs SEGA par le plus grand des hasards lors de la visite du Musée de la Police il y a quelques années. Mais lorsque j'ai voulu y retourner pour m'y essayer plus longuement, ils n'y étaient plus suite à la rénovation du bâtiment.
Et lors du SEGA Fes 2018 j'ai pu découvrir la dernière version en date et voulant la tester plus en profondeur, le staff sur place m'avait conseillé de vous contacter directement.
Dans quel genre d'endroit est mis à disposition ce type de machine ?

Mr Mori : Au Japon, normalement il y a un simulateur de conduite dans chaque école, toutefois, ça ne se limite pas à notre modèle, il y a différents fabricants dans le domaine.

Ce modèle a été commercialisé quand ?

Mr Mori : En 2013. Et celui-ci (en me montrant la moto) a été commercialisé en 2017.

Une moto est certainement plus difficile à maîtriser qu'une voiture (Note du Traducteur : ma seule expérience d'un 2 roues se limite à un 103 SP au siècle dernier...), pouvoir sentraîner avec lui (le simulateur) doit bien aider non ?

Mr Mori : En fait, les simulateurs au Japon ne sont pas conçus pour apprendre la technique, mais pour se confronter aux dangers de la route.
Comme il n'est pas possible d'en faire lexpérience en vrai, ces simulateurs permettent de faire prendre conscience des différents cas pouvant se présenter à nous afin de nous y préparer.
Donc, on apprend la technique en ville et on se confronte aux dangers via un simulateur, comme par exemple le fait qu'un enfant traverse la route en courant d'une manière inattendue.

Effectivement, il suffit de se promener un peu pour se rendre compte que beaucoup d'automobilistes ne semble pas se préoccuper des éventuels dangers...

Mr Mori : Et oui, dans une petite rue, un enfant peu jaillir de n'importe où.

En parlant de danger, les vélos sont aussi un gros problème, notamment les vélos électriques (NdT : je peux vous garantir qu'au Japon c'est un gros souci...), vous avez déjà eu lidée d'en faire un simulateur ?

Mr Mori : Honda en propose déjà un.

Se pourrait-il que vous aussi en proposiez un à l'avenir ?

Mr Mori : Pour être honnête ce n'est pas dans nos intentions, c'est une question de demande en fait.

Effectivement, et pour revenir aux 2 roues motorisés, il est possible de s'essayer à différents modèles ?

Mr Mori : Tout à fait, on peut conduire du petit scooter à la grosse cylindrée.

Il y a un permis pour le scooter ?

Mr. Mori : Oui, mais pour le scooter, l'utilisation du simulateur n'est pas obligatoire pour l'obtenir, il est malgré tout possible de l'utiliser pour sentraîner puisque le logiciel contient cette option. Pour les grosses cylindrées, son utilisation est nécessaire.
Pour la petite anecdote, nous sommes aussi sponsor d'une équipe de course d'endurance.

Pour revenir au simulateur de voiture, cette version est bien plus imposante que la précédente n'est-ce pas ?

Mr. Mori : Exact, l'ancien modèle avait des écrans de 29 pouces, avec celui-ci on passe à 3 écrans de 41 pouces, permettant un meilleur champ de vision et donnant une impression de réalisme supplémentaire.

C'est peut-être un peu tôt pour parler de cela, mais vous avez déjà réfléchis aux futures versions ? Comme par exemple l'utilisation du VR ?

Mr Mori : Oui, nous avons effectivement à réfléchi à l'utilisation du VR ou encore d'avoir une machine pouvant bouger, toutefois, il faut que l'ensemble soit homologué par létat, et pour l'instant la technique du VR ne l'est pas encore.
Mais on peut effectivement imaginer cela pour les années futures.

Et en se basant sur cette version, avez-vous pour projet de faire un simulateur pour les camions ?

Mr Mori : D'un point de vu software, c'est déjà dedans. Mais effectivement la cabine reste celle d'une voiture. Nous avons bien eu une demande, mais c'est difficile de n'en fabriquer qu'un seul.

Monsieur Iwaki nous rejoint à ce moment.

Mr Mori : Comme je disais, niveau software c'est utilisable, mais il n'y a pas encore la cabine.

" Pas encore " ?

Mr Mori : C'est une question de demande et de prix de revient, si une société le souhaite cela reste possible à partir du moment qu'elle en accepte le coût, mais nous n'en sommes pas là .

Le premier modèle utilisait un board arcade Naomi 2, pour celui-ci vous utilisez aussi un modèle d'arcade ?

Mr Iwaki : Non, il s'agit d'une machine spécifique.

C'est vous qui développez l'ensemble, programme et hardware ?

Mr Iwaki : Pour le programme c'est de la sous-traitance, par contre, concernant la planification et le hard c'est nous.

Tout est " made in Japan " donc ?

Mr Iwaki et Mori : (Rire) Effectivement on peut dire ça.

Il est en vente uniquement au Japon ?

Mr Iwaki : Oui.

Vous avez l'intention de le vendre à létranger ?

Mr Iwaki : Je ne peux pas dire qu'il n'y a pas eu ce type de conversation, mais ça ne va pas plus loin.

Mr Mori : De plus, la réglementation est différente et il faut donc adapter la machine. Au Japon il y a beaucoup dauto-écoles, il y a donc une grosse demande. Toutefois, dans les autres pays d'Asie par exemple, ce n'est pas forcément le cas. Le coût de développement peut être difficile à rentabiliser.

Mr Iwaki : Vous voulez essayer le simulateur ?

Bien entendu !

Mr Iwaki : Vous avez déjà conduit au Japon ?

Non, et pour être honnête je n'ai pas spécialement envie, tout est inversé et ça me fait un peu peur.

Mrs Iwaki et Mori : (rire).

Et c'est parti !
La vidéo qui suit est ma première tentative dans des conditions " normales " sans rien connaître, il m'arrive d'ailleurs de me tromper de côté pour certaines choses, mais l'adaptation fut rapide.
Premier constat, c'est facile à conduire, très naturel.
C'est parfaitement intuitif et lappréciation des distances ne pose pas de soucis. D'un point de vue technique, c'est très propre et fluide (60 fps) sans pour autant impressionner, ce n'est de toute façon pas le but, on n'en demande pas plus.
Je vous laisse vous rendre compte par vous-même avec cette première vidéo :

Mr Mori : Vous vous en êtes bien sorti !

Ouf tant mieux ! C'est vraiment réaliste, la différence avec la précédente version pourtant très bonne saute aux yeux.

Mr Mori : Vous voulez essayer d'autres conditions ? Comme la pluie ou le soir ?

Avec plaisir !

Mon second essai permet donc de voir la conduite sous la pluie, malheureusement, le rendu sur la vidéo est des plus mauvais comme vous allez pouvoir le constater avec un effet déblouissement abusé. Le rendu en direct est totalement différent et ne pose aucun souci.
J'avais aussi pu m'essayer à la conduite sous la neige de nuit, mais pas de vidéo exploitable avec un rendu pire...

Mr Mori : (une fois le parcours terminé) il est possible avec lécran tactile de choisir les endroits qu'on souhaite revoir une fois le trajet fini (une voix off nous explique les situations dangereuses en nous indiquant les points clés permettant déviter qu'un accident se produise).
On peut aussi se mettre dans la peau des personnages qu'on a percutés afin de voir la situation de leurs yeux ou encore revoir son parcours sous d'autres angles.
Il y a aussi un indicateur de G pour le permis de chauffeur de taxi, si la conduite est trop brutale, le client peut se mettre en colère.
Le résultat du trajet peut aussi être imprimé... argh ! J'ai oublié de vous l'imprimer d'ailleurs (rire).

Pas de soucis (rire).

Mr Iwaki : Un tour de 2 roues ?

Je vais essayer !

Mr Iwaki : En automatique ?

Oui il vaut mieux, je n'ai aucune expérience avec des 2 roues à vitesses (rire).

Mr Mori : je règle sur scooter.

à€¡a devrait aller alors (je suis un peu paumé au début malgré tout :p).

Cette machine ne possède qu'un seul écran, toutefois il est possible de regarder sur la droite et la gauche, chose que je ne savais pas au moment de cette vidéo (et je n'ai pas eu la présence d'esprit de le demander durant cette vidéo mais après...).
La conduite est moins facile (plus réactive) mais on s'y fait assez vite.
Notre point de vue est légèrement différent de celui de la voiture.

C'est vraiment très réaliste aussi ! Au début c'est peu difficile mais on s'y fait rapidement.

Mr Mori : En fonction du véhicule, voiture, 2 roues ou camion, le point de vue change renforçant le sentiment de réalisme. Vous avez pu constater qu'avec le 2 roues la vue était plus haute.

Il ne s'agit pas de lieu réel de ce que j'ai vu, par contre la superficie semble importante non ?

Mr Mori : Pas tant que ça, on repasse souvent aux mêmes endroits.

Mr Iwaki : C'est un carré d'environ 3 kilomètres de côté.

à€¡a n'en donne pas l'impression, je pensais qu'il y avait plus !
Il n'a pas d'autoroutes ?

Mr Mori : Pas dans celui-ci, par contre lui oui (en me montrant la voiture), le contenu des permis 2 et 4 roues diffèrent.

Il y a aussi la neige en 2 roues ?

Mr Mori : Non, parce que la neige en moto... par contre la pluie oui.

Combien de temps il faut pour développer ce type de machine ?

Mr Iwaki : Du début de la conception à la mise en vente, environ 2 ans (en me montrant la voiture), pour les 2 roues, environ 1 an et demi.

Mr Mori : Comme nous avions déjà la version précédente sur laquelle se reposer, il a fallu moins de temps que prévu.

Combien de personnes pour travailler sur le projet ?

Mr Mori : Hum... pour la partie principale il y avait entre 3 et 4 personnes plus 1 à 2 personnes pour d'autres éléments, donc 5 en général.

C'est moins que je ne l'aurais imaginé.

Mr Mori : Il y a aussi d'autres personnes qui peuvent travailler sur certains choses bien précises, mais dans ce cas je ne sais pas combien exactement.

Lorsque je vous ai contacté pour venir faire ce reportage, vous m'aviez dit être en déplacement dans le Japon afin de présenter les simulateurs ?

Mr Iwaki : Oui, nous sommes allés dans des auto-écoles dans tout le pays afin de le présenter lors de différents événements.

Avec les 2 machines ?

Mr Iwaki : Tout à fait.

Il ne doit pas être facile de se promener dans le pays avec tous cela non ?

Mr Iwaki : On peut les démonter complètement en fait.

Mr Mori : Et il y a aussi des roulettes.

Pour finir SLS ne se résume pas aux simulateurs, pouvez-vous me dire quel genre de choses vous faites en plus ?

Mr. Mori : Nous faisons donc de la logistique (NdT : comme son nom l'indique), de la vente des machines d'arcade neuves et doccasion ou encore de la réparation.

C'est dommage, mon appartement est peu trop petit, je vous aurais bien pris une machine en repartant.

Mrs Mori&Iwaki : Hahaha.

Vous ne vendez pas de machine d'occasion aux particuliers de toute façon ?

Mr Iwaki : Hum... Il n'est pas impossible de vendre au particulier.

J'en prends note si un jour j'habite dans un plus grand appartement. Un grand merci de m'avoir permis de visiter vos locaux et de m'essayer aux simulateurs. Les fans francophones de SEGA ont pu découvrir une autre facette de la marque grâce à vous !

Vous pouvez visiter le site officiel SLS (bien évidemment en japonais), ainsi que les pages dédiées pour les simulateurs avec ce lien pour les 4 roues et celui-ci pour les 2 roues.

La chaîne Youtube SLS propose d'autres vidéos détaillant encore plus les machines.

Et pour finir, aussi un reportage par SEGA montrant un peu lentrepôt de toutes les convoitises (pas du tout l'endroit dans lequel je me suis rendu je précise).

Un énorme merci à Messieurs Iwaki et Mori pour leur formidable accueil !

Reportage : VirtuaHunter
Correction/relecture : Shenron

Commentaires

Rage, 20 fév 2019 - 12:37
Un grand merci pour ce reportage !!! Super intéressant de voir ça et cette facette de Sega peu connue.

Par contre pauvre moto cycliste assassiné en plein trajet dans la première vidéo !!! :lol3:
On en apprend tous les jours !
Très sympathique de leur part d'avoir accepté l'entretien, car ils n'ont absolument rien à y gagner.
SEGA. :cool:
geemu, 20 fév 2019 - 9:49
Super intéressant ce reportage, je ne connaissais pas cette branche de SEGA.
Vraiment sympa les simulateurs.:good:
Lagi, 24 fév 2019 - 3:15
Merci Virtua Hunter, c'était intéressant ! Fais gaffe à ce qu'un youtubeur ne te pique pas ton dossier pour en faire une nouvelle vidéo à son compte sans te citer !